Gezinsblad
David Salendre, geb. te Vernière (Soud) ± 1603, zoon van Pierre Salendre en Isabelle Pellatane
Gehuwd te Lasalle 9 okt 1624 met:
Catherine Vieille, geb. te Soudorges, ovl. te Mas de la Vernueres- Soudorgues,Gard,Languedoc-Rousillion, FR 19 jan 1779, dochter van David Vieille en Jacquette Viala
1) Pierre Salendre
s'en va à la guerre en 1671, émancipé
2) David Salendre met:
Madeleine Aubanel
3) Paul Salendre, ovl. na 1680 met:
LÚonore Caulet
4) Jean Salendre
5) Claude Salendre, ovl. te Amsterdam, begr. te Westerkerkhof, Amsterdam 6 jan 1715
Claude vlucht naar Nederland.
met:
Catharine Fournaise, ovl. te Amsterdam, begr. te Westerkerkhof, Amsterdam 4 jul 1734
6) Francois Salendre
Gehuwd 1679 met:
Jacquette Viala
7) Jeanne Salendre
Gehuwd te Soudorges, Gard, Languedoc-Rousillion, FR 16 aug 1675 met:
Antoine Deshons
8) Jacquette Salaindre
9) Catherine Salendre, geb. 1640, begr. te Westerkerkhof, Amsterdam 3 feb 1718
Ondertrouwd 2 mrt 1674
Gehuwd te Soudorges 21 mrt 1674, @N2828@ met:
Anthoine Mazel, geb. te Soudorgues, Gard,Languedoc-Roussillon 1643, ovl. te Amerika 1687, beroep(en): timmerman
Antoine was timmerman (menuisier).

Déportation en Amériques:
Avec la révocation de l'Edit de Nantes en 1685 et donc la multiplication des arrestations de protestants, le bagne de Marseille n'est pas en mesure de recevoir cet afflux de nouveaux condamnés. Les forçats les moins valides sont donc petit à petit déportés en Amérique. Claude Jamier embarque avec une centaine d'autres forçats et une centaine de protestants le 8 mars 1687 à bord du "Notre-Dame de Bonne Espérance" pour être "envoyé à l'Amérique". Enchaînés, les déportés sont entassés les uns sur les autres dans des chambres du vaisseau, "sur le point d'étouffer de chaleur". Après quatre jours passés à quai, le navire quitta Marseille le 12 mars 1687, en direction de l'île de la Martinique.

Au commencement du voyage, "deux grandes tourmentes" firent beaucoup souffrir les prisonniers et particulièrement les premiers malades qui ne "pouvoient pas changer de place". Pour éviter la contagion, il est permis aux prisonniers d'aller deux par deux se promener et prendre un peu l'air. Les vents contraires obligent le navire à mouiller "à un Port nommé la Rouquette, de la coste d'Espagne" puis à Gibraltar où ils séjournèrent quelques jours "pour survenir à quelques pressants besoins, et pour avoir quelques rafraichissemens".

Le navire passe ensuite les "Isles de Madère", mais devant le nombre croissant de malades, "on relacha nos liens, & on nous permit de nous promener dans tout le Navire pendant le jour, nous jouimes de cette liberté depuis Gibraltar jusques à l'Amérique". Les prisonniers restaient la nuit dans leurs chambres, serrés et incommodés par la chaleur, "que tout cela ensemble, y avoit produit une grande quantité de poux et de vers, qui nous rongeoint et dévoroient la nuit et le jour". Durant la traversée, les maladies emportèrent quatorze hommes et cinq femmes protestantes, plusieurs forçats, un matelot et quelques soldats.
Les déportés protestants étaient composés de 62 hommes et 29 femmes:
Anthoine MAZEL des Cévennes, survivant au naufrage.
10) Jacques (bijgenaamd dit "le capitaine")/Salendre, geb. ± 1650, ovl. te LÚdignan, France 6 mrt 1687, Jacques l'accompagnateur du prédicant BRINGUIER aux assemblées, s'évade de la tour de Constance en 1687 après six mois de captivité, repris avec son beau-frère Antoine MAZEL et son neveu David MAZEL âgé de onze à douze ans qui récitait prières et sermons dans les assemblées. Ces derniers déportés aux iles en 1687.

Jacques werd opgehangen.
Hoofdindex A-Z